Quelques conseils sur Montréal

Le dégel du printemps amène son lot de rêves de la belle saison, ses festivals, terasses et autres moments débonnaires au soleil. C’est aussi le moment pour plusieurs « cousins » français, francophones et francophies de considérer venir au Québec pour étudier, travailler ou simplement vivre un brin d’Amérique…

J’ai passé la plus grande partie de ma vie à Montréal (ou plus précisément « autour » de Montréal) alors je peux vous passer quelques conseils sur notre belle ville et la Belle Province. En fait, j’abite en banlieue depuis trop longtemps pour pouvoir vous proposer quelques bonnes adresses, mais je peux vous passer quelques conseils plus… disons… sociologiques sur la société québécoise.

1. Faire confiance à Montréal. Vous voulez venir pour quelques jours, semaines, mois ? Faites le saut. Mes expériences (surtout dans les années folles où j’habitais sur le plateau) m’ont appris que vous gagnez à être sur place. Il vaut mieux parcourir les babillards des cafés que vous visez plutôt que les annonces classées sur Internet. Trouver-vous un premier plan semi-temporaire, faites-vous des ami(e)s et voyez après. Et si jamais vous manquez de chance, et bien, visez un autobus pour la Gaspésie, le Charlevoix ou encore mieux, la Côte-Nord et faites du camping. Ça replace le Karma.

2. La radio de Montréal est excellente. Écoutez CISM 89.3 sur la bande FM. Il s’agit de la radio étudiante de l’Université de Montréal et propose la  meilleure musique en ville. Il ya aussi la radio communautaire CIBL 101,5 qui vaut la peine. Ah oui, bien sûr, Radio-Canada et ses plusieurs offres de chaînes parlantes et musicales. Consultez leurs catalogues d’émissions, dont plusieurs sont accessibles via votre bidule par baladodiffusion – une excellente façon de s’acclimater !

3. Équipez-vous pour l’hiver. Ma source est, sans équivoque, Mountain Equipment Coop, dont le magasin sur St-Denis est trop petit. Il faut utiliser compulsivement son catalogue sur internet ou l’application sur votre bidule. Une bonne paire de bottes, un manteau polaire et foulard, tuque mitaines. Et le grand secret : des sous-vêtement thermiques (en laine mérinos). Il ne fait pas être gêné, sauf si on est pris à faire un strip-tease avec des combines… pas évident d’être sexy en ce moment. Les articles chex MEC ne tombent que rarement en solde mais les prix de leurs articles maison sont toujours plus bas que l’équivalent chez les grosses marques.

4. Visitez les bibliothèques, surtout si vous êtes étudiant(e)s. Allez parler aux bibliothécaires et autres professionnels qui y travaillent et parlez-leur de vos projets, de ce qui vous intéresse. Lisez des auteurs d’ici, écoutez notre musique. Les collections des bibliothèques, parfois humbles mais toujours passionnantes, sont là pour vous offrif une vitrine sur nous. Mais il faut faire l’effort de passer les portes.

5. Allez dans le bois. Oui, Montréal est une métropole culturelle, grouillante, gallopante… la Ville de Québec est un joyeau qui nous vient de l’époque colonialle… mais le Québec, c’est aussi la forêt, les lacs, les moustiques, la pêche et la chasse… les politiques du gouvernement vise à rendre cette indispensable ressource accessible aux citoyen(ne)s et la meilleure façon de la protéger, c’est d’y aller.

6. Bâtisser des liens avec des québécoi(se)s. J’ai souvent entendu que nous sommes distants, froid même… mais en réalité, nos familles ou réseaux immédiats sont « tissés serrés » et nous n’ajoutons pas une maille facilement. Les Américains et Canadiens anglais sont différents, on prends un verre et hop on se trouve un autre ami facebook. Mais il faut bâtir un lien avec les québécois, ça prends du temps, mais une fois que c’est fait, c’est pour la vie. C’est difficile à expliquer, mais vous allez comprendre ce que je veux dire une fois ici.

7. Visitez l’Usine 106u. Visitez toutes les galleries d’art, mais l’Usine 106u a une place très particulière dans mon coeur. Vraiment un excellent endroit – il faut se mettre sur leur liste de diffusion et participer aux légendaires vernissages. Avec le Café Santropol et le bar Laika, sont les trois endroits que je voudrais visiter si je n’avais que 3 heures à Montréal (une heure chaque, c’est un minimum pénible, et dans cet ordre).

8. Flânez, marchez et perdez-vous. Vous êtes en sécurité partout à Montréal (à moins de vraiment, mais là, vraiment faire les cons). On découvre la ville à pied et on rentre en bus ou en métro quand on est brûlé. Sous la pluie, la neige, le vent, la même rue change.

9. Abonnez-vous au quotidien Le Devoir. Indépendant, un peu « de droite » (mais ce commentaire me provient toujours de gens très, très à gauche), francophone, il ne suffit pas de lire ce journal centenaire, il faut s’y abonner pour vraiment en bénéficier.

10. Allez au théâtre. En fait, c’est ce qui me manque le plus de la métropole. J’ai troqué mes visites aux théâtres La Licorne, Quat’Sous (etc.) ou au Festival de transamériques pour que mes filles puissent se trémousser dans l’eau glaciale de la polyvalente de ma banlieue le samedi matin à 8h… un échange qui ne vaut la peine que si vous êtes un père dévoué ! Mais Montréal, Québec (et ailleurs) disposent d’une offre théâtrale merveilleuse. Pour en savoir plus, il fait lire les critiques dans Le Devoir (voir point précédent).

Au plaisir de vous croiser en ville !

Ce contenu a été mis à jour le 2 avril 2015 à 8 h 06 min.

Commentaires

Laisser un commentaire