Poursuite judiciaire pour le libre

FACIL, pour l’appropriation collective de l’informatique libre, actionne le gouvernement du Québec pour contester ses pratiques d’appropriation en matière de solutions logicielles. Selon un communiqué du groupe à but non lucratif :

FACIL a constaté que des contrats d’achats de logiciels qui totalisent plus de 25 millions de dollars durant la période de février à juin 2008, ont été obtenus par de grandes multinationales par avis d’attribution sans passer par le processus normal d’appel d’offres. Ces achats se font au détriment de l’industrie du service en logiciel basée sur le logiciel libre au Québec et sont un obstacle au développement des entreprises québécoises dans le secteur des technologies de l’information. FACIL dénonce cette façon de procéder qu’elle considère intolérable, illégale et contraire à l’intérêt de la société québécoise.

Une politique rigoureuse et déterminée d’utilisation de logiciels libres dans les administrations publiques permettrait la création de très nombreux emplois durables, ainsi que des économies substantielles en licences de logiciels et inutiles mises à jour. Cependant, trop souvent l’administration québécoise refuse d’envisager et même d’évaluer l’option du logiciel libre.

Voir aussi le communiqué de FACIL, et la mention dans les quotidiens montréalais The Gazette (anglais) et Le Devoir

Ce contenu a été mis à jour le 2 septembre 2008 à 8 h 17 min.

Commentaires

Laisser un commentaire